Sans religion au lieu de sans-papiers


كتبت علياء القرشى  فى جريدة الاهرام ابدو التى تكتب بالفرنسية اليوم 20-2-2008 ص 5 عن البهائيين فى مصر وقضية الاوراق الثبوتية ووضعت صورة لمقام حضرة الباب ويمكن فراءة المقال من هذا الموقع ثم يلية ترجمته بالانجليزية

head.gif

http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2008/2/20/leve4.htm

 Religion. A judgement of Justice has authorized a member of a minority Baha’i leaving blank the mention of religion on his identity card. A step has been taken to give this community the right to a full citizenship.

Without religion instead of sans-papiers

A little dash between two brackets (-) or without (religion) “is now what will be shown on the ID card before the Baha’i religion case. The Administrative Court has come out in favour of the small community of Baha’is since until the day of the verdict, they could only arise in official documents as a Muslim, Christian or Jewish, ie the three religions monotheistic, the only recognized in Egypt. Justice puts end to four years of legislative debates on the law or not members of this community to put their faith in the official papers. This decision was welcomed by the Baha’is remains an index of non-official recognition of this community in Egypt. Indeed, if there is a step forward in a Baha’i n’assimilant not a Muslim or a Coptic, which is a total obliteration of their identity, the reference to a Baha’i official paper remains prohibited. Nobody can mark “as” Baha’i religion? Or is it really? The Baha’i faith is a mixture of philosophy, ideas and beliefs. A confession, which was unveiled in the middle of the nineteenth century and the first apostle was probably Mirza Al-Ali Al-Shirazi, who was born in 1844. His faithful surnommaient the bab or a mediator who pushes to discover divine truth. Since then, the call to the Baha’i faith has always been in hiding first in Iran. Have-2000? 10000? Or even 15 million? As different sources indicate. It is very difficult to know the exact number or even approached this community in Egypt. And because of the lack of a place for their collection or to practise their religion. Such combination is strictly prohibited. 
 
Whose fault Nasser?

In fact, the ban dates back to 1960 when President Gamal Abdel-Nasser issued a decree to close all places of worship of the Baha’is. He felt that this community spread deviant thoughts that were detrimental to the idea of pan-Arabism. And it was also suspected of collaboration with Israel, as their highest and even their place of pilgrimage lies in Haifa. Anyway, Nasser had banned processions Shiites and Masonic lodges in the context of pan-Arabism and the fight against sectarianism.

It was the turning point in the life of this community who had enjoyed at the time of Mohamad Ali a wide margin of freedom. It told that he had committed to send a special delegate to festivals of the Baha’is in case he would not personally. It was at this time that the Baha’i faith had found its way to Egypt through the Iranian carpet merchant. At this point, Bahaullah had carried the torch of the sect. We took for the last prophet sent by God on earth. In fact, the beliefs and precepts of the Baha’is are quite specific, what has always surprised the vast majority of Egyptians. They deny the presence of the angels and djinns and believe that the cycle of divine revelation is not completed as specified in Islam after the Prophet Mohammed, there will always be messiahs. The Baha’i faith claims to be guided, however, rituals of Islam and the Koran, but we change the interpretation and practice. The months are 19 days, and the year Baha’i 19 months. They pray differently, fast differently, and though they are based on some verses from the Koran, their holy book called Al-Aqdass.

That is why, since 1915, a series of fatwas were issued by Al-Azhar recital Baha’ism as a trend that contradicts Islam, and its followers are apostates. The latest was published in 2003. This is the same position taken by the Coptic Orthodox Church in Egypt, with the declaration by the pope that Baha’ism Chénouda also contradicts Christianity.

In spite of all these attacks, Baha’is were not raised as many debates as is the case today. In fact, this case dates back to 2004, when the Interior Ministry has decreed that the new digital ID cards could only be mentioned as the three monotheistic religions. The Baha’is then had only two choices: choose one of three religions, or become undocumented. Until then, marked their religion on identity cards depended, in fact, the municipality issuing it. Some were allowed to mark Baha’i, other Muslim, others nothing … The new map could then bring another blow to this community, because this means, as stated Ibtessam, a Baha’i, “a civil death, without identity card, we would not be able, for example, to make contracts marriage, having withdraw passports or birth certificates or death certificates. ”

Otherwise, in their daily lives, nothing is normal. Baha’is look like any other Egyptian and do not feel on the fringes of society as stated Basma Moussa, Baha’i and assistant professor in the faculty of dentistry at Cairo University. But in fact, very few Egyptians are aware of the very existence of the Baha’is. It was only after the media coverage of the case of identity cards that some have begun to ask questions about them, even though on the merits of their religious belief does not alter the behavior of those around them .

This is the official position that perhaps discomfort. The government sees this case as a threat to public order because, according Fawziya Abdel-Sattar, professor of law, “a tolerance on this issue could open the door to other deviant thoughts calling, under the name of citizenship and human rights, also be recognized. “ On the road to citizenship
Two recent court decisions in matters of religion represent a small step forward for freedom of worship in Egypt. But the battle is far from being completely won.
 
  A journey of Tests
One of Copts who have won their case tells the vicissitudes of a life full of pitfalls.
 
  Towards a tension?
 
A conference of the Copts from abroad was held in Cairo, with a green light from the government, to celebrate the verdicts and try a new approach to the problems of Christians in Egypt.
 
  Without religion instead of sans-papiers
A judgement of Justice has authorized a member of a minority Baha’i leaving blank the mention of religion on his identity card. A step has been taken to give this community the right to a full citizenship.
 ___________________________________________________________________

Religion. Un arrêt de justice a autorisé à un membre de a minorité bahaïe de laisser vierge la mention de religion sur sa carte

d’identité. Une étape a été ainsi franchie pour accorder à cette communauté le droit à une citoyenneté pleine et entière. 

Sans religion au lieu de sans-papiers 

Un petit tiret entre deux parenthèses (-) ou encore « sans (religion) », c’est désormais ce qui sera indiqué sur la carte d’identité des bahaïs devant la case religion. La Cour administrative vient de se prononcer en faveur de la petite communauté des bahaïs puisque jusqu’au jour du verdict, ils pouvaient uniquement se présenter dans les documents officiels comme musulman, chrétien, ou juif, c’est-à-dire les trois religions monothéistes, les seules reconnues en Egypte. La justice met ainsi terme à quatre ans de débats législatifs sur le droit ou non des membres de cette communauté d’inscrire leur confession dans les papiers officiels. Cette décision qui a été favorablement accueillie par les bahaïs reste cependant un indice de la non-reconnaissance officielle de cette communauté en Egypte. En effet, s’il y a un pas en avant en n’assimilant pas un bahaï à un musulman ou un copte, ce qui est une oblitération totale de leur identité, la mention de bahaï sur un papier officiel reste interdite. Personne ne peut marquer « bahaï » comme religion ? L’est-elle vraiment ? Le bahaïsme est un mélange de philosophie, d’idées et de croyances. Une confession qui s’est dévoilée au milieu du XIXe siècle et dont le premier apôtre était probablement Al-Mirza Ali Al-Chirazi, né en 1844. Ses fidèles le surnommaient le bab ou le médiateur qui pousse à découvrir la vérité divine. Depuis, l’appel au bahaïsme s’est toujours fait dans la clandestinité d’abord en Iran. Sont-ils au nombre de 2 000 ? 10 000 ? Ou même 15 millions ? Comme des sources différentes l’indiquent. Il est très difficile de savoir le nombre exact ou même approché de cette communauté en Egypte. Et ce à cause de l’inexistence d’un lieu déterminé pour leur rassemblement ou pour pratiquer leur culte. Un tel regroupement leur est tout à fait interdit.

La faute à Nasser ?

En fait, cette interdiction remonte aux années 1960 lorsque le président Gamal Abdel-Nasser a promulgué un décret pour fermer tous les lieux de culte des bahaïs. Il estimait que cette communauté propageait des pensées déviantes qui nuisaient à l’idée du panarabisme. Et elle était aussi soupçonnée d’avoir des collaborations avec Israël, puisque leur plus haute instance et même le lieu de leur pèlerinage se trouve à Haïfa. De toute façon, Nasser avait interdit les processions chiites et les loges maçonniques dans ce contexte de panarabisme et de lutte contre le sectarisme.

C’était le tournant dans la vie de cette communauté qui avait joui à l’époque de Mohamad Ali d’une grande marge de liberté. On racontait que ce dernier s’était attaché à envoyer un délégué spécial aux festivals des bahaïs au cas où il n’assisterait pas personnellement. C’est à cette époque que le bahaïsme avait trouvé sa voie vers l’Egypte à travers les marchands de tapis iraniens. A ce moment, Bahaullah avait pris le flambeau de la secte. On le prenait pour le dernier prophète envoyé par Dieu sur terre. En effet, les croyances et les préceptes des bahaïs sont assez particuliers, de quoi étonner depuis toujours la grande majorité des Egyptiens. Ils nient la présence des anges et des djinns et pensent que le cycle de la révélation divine n’est pas achevée comme le précise l’islam, qu’après le prophète Mohamad, il y aura toujours des messies. Le bahaïsme prétend s’inspirer cependant des rituels de l’islam et du Coran, mais on change l’interprétation et la pratique. Les mois sont de 19 jours, et l’année bahaïe de 19 mois. Ils prient différemment, jeûnent différemment, et bien qu’ils s’inspirent de certains versets du Coran, leur livre sacré s’appelle Al-Aqdass.

C’est pourquoi, depuis 1915, une série de fatwas ont été publiées par Al-Azhar considérant le bahaïsme comme une tendance qui contredit l’islam, et ses adeptes sont des apostats. La dernière en date a été publiée en 2003. C’est la même position qu’a adoptée l’Eglise copte orthodoxe en Egypte, avec la déclaration du pape Chénouda que le bahaïsme contredit également le christianisme.

En dépit de toutes ces attaques, les bahaïs n’avaient pas soulevé autant de débats comme c’est le cas aujourd’hui. En fait, l’affaire actuelle remonte à 2004, quand le ministère de l’Intérieur a décrété que les nouvelles cartes d’identité numériques pourraient uniquement avoir comme mention les trois religions monothéistes. Les bahaïs alors n’avaient que deux choix : choisir une des trois religions, ou devenir des sans-papiers. Jusqu’à cette date, leur religion marquée sur la carte d’identité dépendait en fait de la municipalité qui la délivre. Certaines avaient le droit de marquer bahaï, d’autres musulman, d’autres rien … La nouvelle carte risquait alors de porter un autre coup à cette communauté, puisque ceci signifie, comme le dit Ibtessam, une bahaïe, « une mort civile, sans carte d’identité, il nous serait incapable, par exemple, de faire des contrats de mariage, avoir des passeports ou retirer des actes de naissance ou certificats de décès ».

Autrement, dans leur vie quotidienne, rien ne serait normal. Les bahaïs ressemblent à n’importe quel autre Egyptien et ne se sentent pas en marge de la société comme le précise Basma Moussa, bahaïe et professeure adjointe à la faculté de chirurgie dentaire à l’Université du Caire. Mais en fait, très peu d’Egyptiens sont au courant de l’existence même des bahaïs. Ce n’est qu’à la suite de la médiatisation de l’affaire des cartes d’identité que certains ont commencé à se poser des questions sur eux, même si sur le fond leur croyance religieuse ne change en rien le comportement de leur entourage.

C’est la position officielle qui gêne peut-être. Le gouvernement voit cette affaire comme une menace à l’ordre public puisque, selon Fawziya Abdel-Sattar, professeure de droit, « une tolérance sur ce dossier pourrait ouvrir la porte devant d’autres pensées déviantes réclamant, sous le nom de la citoyenneté et des droits de l’homme, d’être elles aussi reconnues

رد واحد to “Sans religion au lieu de sans-papiers”

  1. SARSAR KAMEL Says:

    تافعه_هع

اترك رد

Please log in using one of these methods to post your comment:

شعار وردبرس.كوم

أنت تعلق بإستخدام حساب WordPress.com. تسجيل خروج   /  تغيير )

Google photo

أنت تعلق بإستخدام حساب Google. تسجيل خروج   /  تغيير )

صورة تويتر

أنت تعلق بإستخدام حساب Twitter. تسجيل خروج   /  تغيير )

Facebook photo

أنت تعلق بإستخدام حساب Facebook. تسجيل خروج   /  تغيير )

Connecting to %s


%d مدونون معجبون بهذه: